Institut Pluridisciplinaire pour les Études
sur les Amériques à Toulouse (IPEAT)

Accueil > Actualités

L’expérimentation néolibérale et la dégradation de l’environnement au Brésil

le 19 février 2018
14H-17H

Invité : Carlos José Saldanha Machado

Capture d’écran 2018-02-12 à 23.02.21.png

Capture d’écran 2018-02-12 à 23.02.21.png

INVITÉ : CARLOS JOSÉ SALDANHA MACHADO[3], Professeur Titulaire en Santé Publique, Fondation Oswaldo Cruz (FIOCRUZ)[4], chercheur au Conseil National de Développement Scientifique et Technologique (CNPq)[5] – Brésil

DISCUTANTE : NATÁLIA PACHECO CRUZ[6], Doctorante en sociologie, Université Toulouse – Jean Jaurès, CERTOP (thèse sous la direction de Marie-Christine Zélem et Carlos José Saldanha Machado)

PRÉSENTATION :
Chaque génération de scientifiques sociaux a tendance à mettre l’accent sur le caractère radical des changements de son époque, le temps présent étant marqué par le passé qui conditionne les choix futurs. Ils le font parce que les conditions cognitives pour un consensus sur la signification et le sens des changements d’ordre socio-environnemental et institutionnel, même parmi les sociologues d’une seule génération, sont apparemment inexistantes. Cela dit, avec les prérogatives que seul l’acte de s’éloigner du temps le permet, je partagerai avec vous ma lecture panoramique du monde où nous vivons et de la société à laquelle j’appartiens, la brésilienne. Je vous propose de réfléchir aux points critiques dignes d’intérêt dans leur processus historique
contingent. Le/ principe /d’agir localement, de façon organisée, pour surmonter la dégradation croissante de la planète, avec l’adoption de la durabilité comme modèle de justice sociale, d’équité intergénérationnelle et d’équilibre de l’environnement, devient un présupposé de base. On peut (re)construire un monde commun dans un Brésil métissé, ayant été transformé en laboratoire du néolibéralisme, uniquement d’une façon dialoguée. On le fera en utilisant la raison comme référence pour faire face à la réalité d’un pays où il y a des inégalités sociales croissantes. Cela n’est possible que si l’on met en œuvre une éthique et un système démocratique basés sur la responsabilité personnelle vis à vis d’autrui et le respect de la pluralité du monde. Dans ce séminaire, il s’agit de montrer la manière dont je conçois une science socio-environnementale descriptive, analytique, réflexive, normative et biocentrée, dotée de valeurs sociales. Cela nous permet de comprendre la réalité du monde, de la vie en commun qui appartient à nous tous dans une époque d’incertitudes croissantes.

CONTACT : saldanha@fiocruz.br

Lieu(x) :
École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse – Amphi Rouge,
83 rue Aristide Maillol

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page